FR

1945. Les Etats-Unis pétrifient le monde : les deux villes japonaises d’Hiroshima et Nagasaki sont rayés de la carte. La course à l’armement est lancée.


1948. Début de la guerre froide. Au sud du Kirghizistan, dans la vallée de Ferghana, prisonniers de guerre allemands, Ukrainiens, Tatars, Russes et Kirghizes sont envoyés pour y extraire l’uranium dont l’URSS a besoin pour développer son programme atomique. Mailuu-Suu naît de nulle part. Considérée comme stratégique, son accès est interdit et ses habitants contrôlés.


1968. L’URSS cesse ses opérations minières à Mailuu‑Suu. Dix millions de tonnes d’uranium auront été extraites.


Aujourd’hui, les collines et crêtes qui entourent la ville stockent les deux millions de mètres cubes de résidus miniers radioactifs issus de l’extraction d’uranium. En 2006, l’ONG Blacksmith Institute basé à New York avait classé Mailuu-Suu comme la quatrième ville la plus pollué du monde.


La menace est invisible, le rayonnement indiscernable, indolore et inodore. Ne reste finalement à voir que les empreintes que laissent les fantasmes, les peurs et les doutes sur les visages de ceux qui vivent ici. « Bien sûr que je connais les dangers », raconte un habitant. « Mais c’est dur de quitter l’endroit où l’on est né ».


Ce projet tente de capturer l’invisible, à travers les témoignages et les yeux de ceux qu’il affecte, les traces que l’histoire des nations à laisser derrière elle.

ENG

1945. The United States petrify the world by wiping off the map two Japanese cities, Hiroshima and Nagasaki. The arms race is launched.


1948. Beginning of the Cold War. In Kyrgyzstan, a mountainous small country in the middle of Central Asia, the Soviet Union begins to extract uranium in order to develop its armaments program and becomes a nuclear power itself. German, Ukrainian, Tatar and Russian along with Kirgiz people are sent to build houses, uranium mines and extraction facilities. Mailuu-Suu is born from nowhere. Due to its activity considered strategic, access to the city is prohibited and its inhabitants controlled.


1968. Moscow ceases uranium mining at Mailuu-Suu. During its twenty years of operation, ten million tons of uranium have been extracted.


Today, the hills and ridges that surround Mailuu-Suu hold 23 radioactive tailing dumps with a total volume of nearly 2 million cubic metres of uranium mining waste. In 2006, the environmental non-profit Blacksmith Institute ranked Mailuu-Suu as the 4th most polluted place in the world.

In the meantime, people carry on with their lives with, in the background, present and future dangers. Despite this threat on their shoulders, 23,000 people live in the city.


« You know, of course I’m afraid, I know the danger », said an inhabitant of the city. He pauses. « But it’s hard to leave the place where you were born ».

« J’avais une maison près d’un des sites de stockage radioactif. Un glissement de terrain l’a détruit. Mais je ne suis pas effrayé, ni de la radioactivité, ni des tremblements de terre ». Sabira Kotchibekova, 44 ans, vit dans les hauteurs de Mailuu-Suu à quelques centaines de mètres de deux sites de stockage. Elle s’occupe de têtes de bétail qui broutent librement dans la montagne. 


« I had a house near one of the radioactive storage sites. A landslide destroyed it. But I’m not scared, neither from radioactivity nor earthquakes ». Sabira Kotchibekova, 44 years old, lives in the upper hills of Mailuu-Suu, near two dumpsites. She’s a farmer and look after her cows which freely graze in the mountain.

Prisonnier de guerre allemand, Edouart Moor fut envoyé par l’Union soviétique en 1946 pour bâtir la ville avec des milliers d’autres prisonniers. Il fut libéré quelques années plus tard, se maria à une russe et travailla dans les mines d’uranium. Il est mort en 1986 à Mailuu-Suu et est enterré dans le cimetière de la ville. Sa petite-fille, Natalya, vit dans la ville où elle gère un hôtel.


German prisoner of war, Edouart Moor was sent by the Soviet Union in 1946, with thousands, to build the city. He was released a few years later, and then, married a Russian women. He worked in the uranium mines and died in Mailuu-Suu in 1986. He is buried in the city’s cemetery. His granddaughter, Natalya, lives in the city where she runs a hotel.

Using Format